Faire sauter un verrou

J’ai initié une conversation sur Facebook où j’ai évoqué mes difficultés avec une scène de mon roman en correction-réécriture. Cette petite phrase a intrigué une personne, alors comme cela l’intéresse,  voilà ce qui m’occupe et m’agace depuis un petit moment :

Problème :

Je galère avec ma scène finale : plein de personnages, plein d’objectifs différents, un seul point de vue (interne, première personne du singulier). Je suis enquiquinée parce que je vais gérer une partie des événements en direct par les yeux de mon héroïne et après ? Des événements se passent en arrière-champ, d’autres se passent avant, etc. Beaucoup de choses vont se produire qu’elle ne pourra pas savoir, ou parce qu’elle sera trop occupée à se battre pour en être consciente.

Elle se trouve dans la position du trouffion au milieu d’une bataille : occupé à survivre et à faire son devoir. Ce n’est pas le point de vue d’un général posté sur une colline et qui observe les mouvements de ses troupes. Vous voyez ce que je veux dire ?

À la fin de la bataille ou plutôt une fois la poussière retombée, comment faire passer l’information manquante à mon héroïne ? Je crains fort l’info-dump ou les explications interminables et rasoirs au possible. Entre ceux qui vont s’enfuir, ou se défausser, on n’aura plus de nouvelles d’eux, Machin ou Machine qui n’aura pas agi du tout comme convenu parce que (trop peur, trop lâche, trop traître, etc…) etc… J’en viens à me dire qu’il faut que je renonce à tout dire, au risque qu’on me reproche de ne pas refermer toutes les portes. C’est bien compliqué à mettre en musique, je trouve.

Vous avez déjà eu ce genre de pb ?

J’ajoute que d’habitude j’écris de façon relativement organique : je sais qui intervient dans la scène, situation initiale, qui veut quoi, résolution, scène suivante. Je me pose assez peu de questions, mais là… j’ai normalement fait monter la tension (on ne parle que de l’éventualité de cet affrontement depuis des dizaines de pages) et mon lecteur attend des réponses. Et j’ai une vingtaine de protagonistes, sans compter les seconds couteaux en arrière-plan. Et un seul personnage de point de vue.

Plusieurs solutions s’offrent à moi : rompre mon point de vue unique et passer en omniscient, mais je trouve que cela trahirait le contrat passé avec le lecteur au début du bouquin, et que ça manque d’élégance (Pas mon style de contourner les obstacles). En plus, je n’aime pas le point de vue omniscient en tant que lectrice, donc… Autrement, je peux piquer une technique de Joe Abercrombie, me souffle mon chéri qui en est fan : suivre le trajet de la mort, c’est-à-dire suivre les victimes de la bataille au fur et à mesure que la Faucheuse les frappe. Je garde l’idée pour un texte ultérieur, mais je ne pense pas que cela convienne à l’esprit de mon roman, qui n’est pas de la dark fantasy. J’ai aussi cherché des ressources sur le net, par exemple ceci : Ecrire un Roman de Fantasy: Comment écrire de bonnes scènes de bataille

Je me rends compte que ces conseils rejoignent ce que j’avais récolté ailleurs.

Actuellement, la scène me semble partir dans tous les sens, et même si cela traduit bien la confusion dans une vraie bataille et l’affolement de mon héroïne d’être prise au milieu de tout ça, je ne suis pas sûre que ce soit bon à lire.

Je pense avoir trouvé, après en avoir discuté en privé avec des copines autrices, comment résoudre mon problème d’écriture et améliorer cette scène. L’or-ga-ni-sa-tion.

Je me suis fait un tableau excel, avec :

qui

veut faire quoi

comment

ça marche ou non ?

comment Loan (ma protagoniste, personnage de point de vue) va l’apprendre

quelle situation finale/quel épilogue.

J’ai rempli ce tableau avec tous les personnages. Parfois, j’ai plusieurs lignes par personnage, parce qu’il peut avoir plusieurs objectifs dans la scène, voire changer d’objectif en cours de scène, au vu des événements en cours. L’important est que tout reste logique, en respectant les caractérisations des personnages, bien sûr.

Ensuite, j’ai fait le tri en me concentrant sur les personnages principaux, et je garde pour « l’après » (débriefing des personnages, épilogue ou autre) le destin des seconds couteaux. L’important étant de n’oublier personne, sans pour autant perdre de vue que tous les personnages ne sont pas égaux aux yeux du lecteur.

Mine de rien, mon tableau excel fait 31 lignes, ça commence à faire pas mal.

J’ai aussi imprimé les douze pages de texte concerné, que j’ai stabilobossées pour voir si je mets bien le focus sur les bons éléments, pour m’aider à identifier les « mouvements de caméra » du regard de mon héroïne. Autant éviter qu’il ne parte dans tous les sens, de façon illogique. Plus ça va, plus je me dis que pour ce type de scène, les règles du cinéma sont drôlement intéressantes.

(24 h plus tard)

Bref, résultat de l’expérience, ça marche. J’ai ajouté un dessin sur mon cahier de travail, pour juste placer les différents éléments de décor, les protagonistes et valider que leurs mouvements sont logiques ou possibles. Mes idées sont claires, et cet exercice m’a permis de dégager quelques bonnes idées supplémentaires pour milker ma situation (c’est-à-dire tirer parti d’un maximum d’éléments scénaristiques pour « traire » mon histoire au max). Je suis contente, je vais en voir le bout, sans me perdre et sans avoir l’impression, fort désagréable, d’écrire de la mouise. J’ai même identifié des erreurs (avec autant de personnages, c’est vite fait de confondre Machin avec Truc), cela valait la peine de tout mettre à plat.

Donc le secret qui m’a aidée sur cet exercice, ce fut de sortir de mon outil ordinaire de travail – Scrivener-, pour passer sur un autre format (Word), et décomposer le travail en sous-éléments, plus petits et faciles à manipuler (Excel, et petit plan dans un cahier). Un gros problème, c’est une suite de petits problèmes à résoudre. Une grosse scène, c’est un peu pareil, au fond.

Je ne sais pas si ce billet pourra un jour vous servir, mais sait-on jamais ? Cela vous montre au moins que le travail d’écrivain n’est pas toujours simple.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s