Aventuriales : 7 ans, l’âge de raison ?

(Hum, vu la petite danse secrète de l’équipe en fin de désinstallation, on ne va pas parler de raison. Plutôt de passion et de joie communicative.)

Nous venons de boucler la 7ème édition des Aventuriales et elle est passée  (presque) crème.

(crédit photo : Thierry Fernandez)

D’année en année, je me répète dans mes remerciements, mais cette année je vais commencer par eux : les bénévoles.

Chers bénévoles : Nous n’avons eu que des compliments sur vous, sur votre gentillesse, votre disponibilité, vos sourires. Et (on en discutait lundi matin avec les derniers du staff venus récupérer sacs et caisses restantes) quelle efficacité ! Une armée géniale et pacifique qui commence à bien connaître l’événement, l’ordre dans lequel il est cohérent d’enchaîner les tâches : sortir les tapis de la grande salle, mettre les tables en place, pendant que d’autres installent les sonos (oui, on a eu un problème avec celle des annonces, le son n’était pas bon : on va voir comment corriger ça pour l’an prochain), montent les barnums, placent les chevalets… et mettent en route les cafetières ! Nerf de la guerre. Ils distribuent des boissons sur les stands, préparent les salles de conférence, proposent aux auteurs seuls de surveiller leur stand durant leur pause déjeuner, puis passent avec un sac pour ramasser les déchets, ce qui fait que dimanche soir, on n’aurait jamais imaginé que 2000 personnes étaient venues sur le week-end. Ces bénévoles veillent à ce que tout se passe bien, quoi.

Mention spéciale aux personnes qui restent le soir pour la désinstallation, qui va de plus en plus vite et de plus en plus efficacement.

Un grand merci du fond du cœur !!!

A titre personnel, que retiendrai-je ?

  • Les séances de cinéma, toutes les deux très réussies, au cinéma Arcadia de Riom.

Les Trois Lumières de Fritz Lang (die Müde Tod) en ciné-concert, avec trois talentueux musiciens qui nous ont plongés dans une atmosphère vivante tout en se faisant oublier. Bravo à Julien Renaudin, Christophe Thill et Seb Aceby pour avoir relevé ce défi un peu fou, car ils n’ont pratiquement pas eu le temps de répéter ensemble et ont quand même composé plusieurs thèmes bien planants et improvisé dessus durant plus d’une heure trente. Trop forts ! J’ai découvert ce film magnifique d’expressionnisme allemand dans des conditions exceptionnelles, après une érudite présentation de Thomas Bauduret.

Dune de Denis Villeneuve en 4k son Atmos et en VO ST : les conditions pour déguster ce film superbe étaient réunies grâce à la très belle salle mise à disposition par l’Arcadia. Nous avons eu la chance de bénéficier d’une présentation du film par Lloyd Chery, journaliste au Point Pop, auteur du podcast « C’est plus que de la SF » et spécialiste de Dune avec son formidabilissime Mook (et du livre Tout sur Dune). Bref, c’était une soirée au top, et j’ai eu le plaisir de faire découvrir à deux de mes fils cet univers qui m’a tant marquée adolescente (je suis en train de relire la série de Frank Herbert en ce moment, toujours aussi géniale)

  • La sortie de ma novella Dans le cœur d’Eltanis et le bel accueil que les lecteurs et lectrices lui ont réservé. Je suis contente et touchée, car plusieurs personnes qui ont aimé mon roman sont venues se procurer ce texte pour retrouver l’ambiance de mon univers. Et Sous la lumière d’Hélios a trouvé de nouvelles tables de nuit où se poser, c’est très chouette !
(crédit photo : Amandine Thion)

  • Je stressais pas mal, mais cela s’est bien passé : j’ai animé ma nouvelle table-ronde sur le sujet : « Lire autrement », pour évoquer toutes les formes de textes de l’imaginaire disponibles et en finir avec la litanie « oh là là, les gens ne lisent plus ». Nous avons parlé de jeu de rôle et de livres dont vous êtes le héros (et de romans Unlock ! ) avec Fabien Clavel, très disert sur le sujet et qui m’a bien intriguée avec le processus d’écriture de ce type de textes (et encore désolée pour ma bourde sur l’édition de Nephilim ! ). Luce Basseterre nous a parlé de fan-fiction, et du fait que par ce moyen, ses écrits étaient de francs succès et ont commencé à rencontrer de fidèles lecteurs. Stéphane Desienne a parlé de l’écriture en série, depuis les fictions de SF sur Twitter ou Mastodon sous contrainte de nombre de caractères, jusqu’aux séries fleuves écrites en collaboration, à la frontière entre roman et jeu de rôle. Enfin, mon fils Maxime, étudiant en sciences et fan de la Fondation SCP nous a raconté l’histoire de cette étonnante communauté d’écriture, forte de milliers de contributeurs et de lecteurs de par le monde. Je remercie encore la personne de la Branche francophone de la Fondation SCP qui a eu la gentillesse, l’an dernier de mémoire, de répondre à ma batterie de questions. J’ai découvert un monde de textes étranges et bourrés d’imagination grâce à lui, et en premier lieu grâce à mon fils.
(crédit photo : Amandine Thion)

  • Les discussions à table avec Peter F. Hamilton : l’occasion de vérifier que mon anglais est toujours opérationnel ^^ et surtout de rencontrer cet auteur chaleureux et généreux. Il est l’auteur de space opera préféré de mon mari, et j’ai lu un recueil de ses nouvelles qui m’a beaucoup plu. Ce sont de gros pavés, mais un de ses romans va vite se retrouver sur ma table de nuit.
  • Les rencontres avec nos invitées et invités, et les dédicaces que j’ai réussi à obtenir malgré le peu de temps dont je disposais pour mes propres achats. Un coucou particulier à Aurélie Wellenstein et David Bry, des marraine et parrain en or !
  • La remise du prix Aventuriales 2021 (deuxième édition), où nous avons récompensé deux autrices ex-aequo et leurs maisons d’édition et la belle photo dans La Montagne. Bravo !
  • Bien entendu, les retrouvailles : la team Armada, bien sûr, mais aussi mes amies et amis de cœur présents ou non sur leurs stands (pour certaines, ce n’est qu’une affaire de mois, de belles publications se préparent !!). Après des mois de disette relationnelle, cela fait du bien de vous revoir !
  • Enfin, les amis de l’équipe des Aventuriales avec lesquels nous avons dû beaucoup travailler en virtuel cette année encore : se retrouver en vrai sur le pont avec Thierry, Fabien, Anna, Axelle, Léa, Luce, Olivier, Maëllia, Amandine, Stéphanie, Vael, Sebastien a été un bonheur en soi. Sans oublier bien sûr les personnes qui viennent parfois de loin pour donner un coup de main tous les ans : Ludo, Cathy, Franck et d’autres personnes que j’oublie peut-être.
  • Big up pour Jean, absent pour (jolie) raison familiale.
  • D’affectueuses pensées pour certains habitués du salon qui n’ont pas pu venir pour de tristes raisons.
  • un grand hug à Lilian et Nathalie (et Dorian)
  • et un énorme bisou à Anne-Marie, dont les visites sont toujours un énorme plaisir.

Malédiction levée : La météo a été clémente cette année, à part l’orage costaud du samedi soir qui a bousculé un barnum. Le ciel a écouté notre complainte pour ne pas réitérer les conditions de l’an dernier…

Voilà, c’est fini. Il me reste beaucoup d’administratif à boucler, des factures à payer essentiellement, des rémunérations à régler. Ce n’est pas le plus amusant, mais c’est utile et c’est la partie « âge de raison » de l’exercice. La trésorière reprend sa place pour quelques jours. L’autrice la mettra dehors dès qu’elle aura fini son bilan 🙂

Merci à la municipalité de Ménétrol pour sa confiance réitérée, aux élues et élus qui sont venus nous rendre visite, à la presse qui a couvert notre événement, à toutes les personnes qui relaient nos publications.

Merci à nos autres financeurs : la Région Rhone-Alpes Auvergne, le département du Puy-de-Dôme, Riom Limagne et Volcans, la DRAC et la Sofia.

Merci aussi à l’étincelle de magie qui fait que depuis 7 ans, la passion nous fait avancer avec juste ce qu’il faut de raison pour sécuriser notre navire.

Et on dira après que la magie n’existe pas ?

11 commentaires sur “Aventuriales : 7 ans, l’âge de raison ?

    1. Ah non, hein ! Pas de lettre anonyme ou de chantage ! Je saurai d’où ça vient et ma vengeance sera terrible (plus qu’à trouver une situation gênante te concernant…)

      J'aime

  1. Quelle effervescence dans ces mots ! En tant qu’ancien parrain, je suis ravi et ému que ce salon soit désormais un événement incontournable pour les passionnés de SFFF que nous sommes, auteurs. Un immense bravo, bien mérité !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s