La méthode GTD en direct : étape 2 : on clarifie le bazar !

Voici la suite de l’aventure qui vient après ce billet-ci.La méthode GTD : mise en place en direct ! Etape 1 : collecter

Allons, soyons franc : une fois l’étape de collecte achevée et que je me suis retrouvée en face d’une montagne de papiers, dossiers, etc. j’ai eu un moment de doute. Allais-je en voir le bout à une vitesse raisonnable afin d’éviter que la maisonnée ne parte en panique ? Parce qu’avec deux jeunes à la maison et un mari, ce petit monde n’allait pas se gêner pour se payer ma tête si mes efforts pour « mettre de l’ordre » démultipliaient in fine le b…l ambiant. Il ne faudrait pas surestimer leur capacité à garder pour eux leurs fous-rires… (et encore, j’ai un troisième fils qui vient les week-ends, qui ne se gêne pas non plus pour rigoler quand il en a l’occasion)

Ma foi, il m’a fallu plusieurs jours mais rien d’insurmontable. Le principe est de prendre chaque intrant (document, papier, email, et par extension « truc qui trainait et qui a été collecté à l’étape précédente », et de suivre un cheminement de pensée rationnel : qu’est-ce que ce document/papier/email/machin ? Que dois-je en faire ? S’il est inutile ou obsolète, poubelle ! Faut-il le classer pour référence ? Est-ce que ce document est intéressant mais pas immédiatement (incubation) ?

Autrement, ai-je une action à faire, et celle-ci doit-elle me prendre plus de deux minutes ? S’il y a une action à faire qui prend moins de deux minutes, on la fait tout de suite. Sinon, quelle est l’action suivante ? Etc… La règle de deux minutes est réputée pour être une des grandes forces de GTD. Une façon précise de suivre l’adage « ne pas remettre au lendemain ce qui peut être fait le jour-même ». Deux minutes, à moins de vivre dans une centrifugeuse de tâches abrutissantes, ça se trouve, dans une journée. On peut même en aligner plusieurs, de ces tranches magiques de deux minutes.

Donc on épure à l’arrivée, et on organise le reste. Tout de suite.

La méthode permet de clarifier le flux de travail, et d’organiser la progression des projets. Ces explications donnent l’impression de quelque chose d’évident mais là, il ne s’agit pas juste de faire une pile à la noix qui sera vite indigeste, ou qui finira par s’écrouler, mais de décider immédiatement la première fois qu’on a le document/papier/email/machin dans les mains de ce qu’on va en faire, vraiment, pour ne pas avoir à se poser la question deux fois. On a des choses bien plus intéressantes à faire que de reprendre le même sujet au même point deux fois de suite, n’est-ce pas ?

Et quand on ne peut pas traiter un sujet tout de suite parce qu’on n’en a pas le temps, ou parce qu’on a des doutes ?

Eh bien, étape 3 : on structure, dans un futut billet ! 😉

 

ps : et côté NaNoWriMo, j’avance bien sur mon nouveau projet (appelé Fan Club), j’espère rester jusqu’au 30 novembre sur cette bonne dynamique 🙂 Vous pouvez voir mes avancées sur la page d’accueil du site, tout en bas ! 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s